"On pourrait dire de la peinture de Mathilde Renaud qu'elle est expressionniste grâce à la liberté de la touche et à la franchise du geste et de l'aplat qui recomposent la forme. Elle a évolué vers une sorte de construction qui dépouille la réalité de son détail analytique pour la revêtir de larges signes chromatiques qui deviennent ces vertèbres. Des figures, des natures mortes, des fenêtres, des paysages, tout un monde figuratif hachuré, qui désigne non pas la réalité extérieure dont ils se servent mais l'intensité du tempérament qui la ressuscite."

"La modernité de la peinture tient au synthétisme avec lequel elle brosse et construit l'espace de sa toile de son sujet, qui est un thème prétexte une sorte de musique chromatique riche, profonde et dense, tout en étant fleurie, solaire et curieusement méditerranéenne même si le sujet est intimiste et sa lumière cueillie au nord. Une peinture vigoureuse qui organise l'espace peindre dès les premiers gestes est instinctive et empruntée d'une sorte d'intériorité enveloppante que le mot atmosphère résume bien : une atmosphère chaleureuse et réconfortante ponctuée de coups de gong acrylique qui s'inscrivent pour de bon dans la mémoire de celui qui sait voir ce qu'il regarde."

Pierre Lafleur, Artiste Peintre, 2002